R. Howard Webster, O.C., B.A., G.C.B. Admin., LL.D (1910 – 1990)


Né en 1910, R. Howard Webster était le troisième des six enfants du sénateur Lorne C. Webster, originaire de la ville de Québec, et de Muriel Taylor, de Gananoque en Ontario. La famille s’est installée à Montréal où Howard a fréquenté l’Université McGill avant d’aller étudier au Babson Business College à Boston. Après ses études, il s’est d’abord impliqué dans l’entreprise familiale avant de suivre sa propre voie.

 

Bien que Montréalais dans l’âme, il a néanmoins voyagé à travers l’Amérique du Nord en quête d’occasions d’affaires. Notamment, il a été le propriétaire du majestueux immeuble Penobscot à Détroit puis de l’hôtel Windsor à Montréal. Il a également remporté la lutte pour le contrôle des actions d’Eversharp Schick. Puis, il a surpris tout le monde lorsqu’il a fait l’acquisition du Globe and Mail à Toronto où il est plus tard devenu l’associé fondateur du club de baseball des Blue Jays. M. Webster s’intéressait aussi bien aux Detroit Marine Terminals, à la Burns Foods de Calgary qu’à Quebecair et même à une ferme située à l’Île du Prince Édouard, dédiée à l’élevage de bovins exotiques. Tout le monde était perplexe (peut-être le patron lui-même) le jour où il gagnait le monopole global du marché de fourrures de singe!

 

L’important en ce qui concerne ses activités commerciales, c’est que la majorité de ses profits a été redonnée à la communauté. C’est ce qui faisait de Howard Webster un être aussi exceptionnel: il éprouvait une grande satisfaction à soutenir des causes nobles et des individus remarquables et ce, souvent de manière anonyme. Il était un homme plutôt timide aux goûts simples. Il n'avait pas d'enfants. Il voyageait en classe économique, ne possédant pas de chevaux de course et sincèrement ravi de partager ses richesses en distribuant son argent avec autant de sérieux qu’il s’était appliqué à l’obtenir.

 

Ses activités philanthropiques ont d’abord profité à des institutions telles McGill et Babson qui étaient à l’origine de son succès. Puis, sa générosité a rayonné surtout à travers le continent, en particulier au Canada, à l’image de sa carrière professionnelle. Il a acheté de l’équipement médical pour les hôpitaux et a assumé le financement de bourses d’études. Il a investi autant dans le domaine de la recherche agricole que dans les Clubs Garçons et Filles. Il a appuyé des campagnes de financement d’envergure. Il a aussi fait de multiples contributions financières, quoique modestes mais significatives, à des organismes locaux œuvrant dans la rue au service des jeunes en difficulté, des sans-abri et des familles infortunées. Il y avait de l’argent autant pour la recherche en neurologie et le bilinguisme que pour les jeunes villageoises du Bangladesh.

 

R. Howard Webster, officier de l'Ordre du Canada, homme modeste, prévoyant, populaire et parfois solitaire. Il s’est éteint en 1990 et a tout légué à sa fondation.